Accueil > Les Arts de l'Écoute > Yoga du son 

LA TRAME VIBRATOIRE

Parmi les 108000 yogas dont l'Inde affirme être détentrice, il en est un qui concerne le son: le nada yoga, ou yoga de la résonance (nommé Shabd Yoga dans la tradition sikh). Étroitement relié à la tradition tantrique - qui explore la dynamique énergétique de tous les étages corporels - le yoga du son se fonde sur le postulat que la nature du monde est purement vibratoire; il résulte à tout instant des interférences harmoniques émanant du son primordial : le OM cosmique, nommé Shabdabrahman. Ainsi, le nada yogi est invité d'abord à exercer son écoute des sons habituels, produits par la nature ou les humains (écouter un concert de grenouilles, le grondement de l'orage ou porter son attention sur les inflexions de la voix humaine peut faire partie des exercices préliminaires, comme la répétition des mantras). Ensuite, il est invité à se mettre à l'écoute du silence, afin d'y entendre ces mystérieux nadas qui constituent la trame de l'univers, comme du corps humain.

Ces nadas sont des sons se tenant à la frontière de l'audible, ils ne sont pas le produit d'un quelconque frottement ou frappement, auto-engendré, et les indiens leur donnent le nom du Shakra du Coeur : Anahata, signifiant non frappé.

 

 

Au début de la recherche, l'imperceptible présence pulsante des nadas reste en arrière plan de la conscience, jusqu'à ce que le méditant réalise qu'ils sont plus proches de lui que lui-même, puisqu'ils constituent justement la trame dynamique de cette conscience. Tout événement psychique est sous-tendu par l'activation d'un nada, que l'on n'entend pas habituellement mais qui produit un effet de conscience.

Ascète tantrique
Rare photo d'un yogi tibétain pratiquant le Chöd, rituel d'offrande réalisé dans les cimetières. Il tient dans sa main droite un double tambour à fouet, sensé représenté le claquement de la foudre et dans sa main gauche, une trompe taillée dans un fémur humain, dont le son a la vertu de subjuguer les démons.
 

LE SON DU SILENCE

L'objectif du nada yogi ne s'arrête pas à ces perceptions subtiles, qui doivent devenir de simples supports pour que la conscience apprenne à changer de point d'appui vibratoire, à devenir flexible, à surfer afin d'explorer la richesse des possibilités inouïes qui peuvent naître d'un simple silence attentif. Ultimement, la pratique s'accomplit lorsque la conscience réalise qu'elle n'est pas seulement constituée des effets vibratoires spectaculaires et changeants qui prennent ordinairement toute son attention, mais qu'elle est le silence d'où émergent mystérieusement les nadas, silence éternellement identique à lui-même,  au sein duquel toutes ces manifestations sont possibles... C'est en cet accomplissement que le yogi atteint l'ultime libération. Dans la perspective tantrique, cela correspond à l'éveil de l'énergie endormie dans le bas de la colonne vertébrale, qui se dresse en traversant les sept chakras du corps subtil jusqu'au sommet du crâne, le lotus aux mille pétales.   


 

español | portugueses | italiano | english | deutsch

 

 

© Dominique Bertrand ~ Tous droits réservés pour tous pays
Site Web conçu et réalisé par